Un projet interdisciplinaire

Un lieu de co-innovation

UrbaRiskLab (URL) est un projet qui vise à fédérer la recherche d’excellence au niveau francilien, national et international sur la thématique risque / crise en milieu urbain. Il a été lancé le 27 septembre 2018 pour une durée minimale de 4 ans. Le projet est financé par l’I-SITE FUTURE de l’Université Paris-Est et s’inscrit plus largement dans le cadre du programme d’investissements d’avenir de l’Etat (dont la troisième tranche a été lancée en 2017).

A l’issue d’un processus long et sélectif , l’Université Paris-Est a été labellisée en 2017 « I-SITE » grâce à son projet « FUTURE ». La mission des Initiatives Science / Innovation / Territoires / Economie ( I-SITE ) est de regrouper des établissements d’enseignement supérieur et de recherche sur un grand thème de société, en lien avec des entreprises et des collectivités publiques à l’échelle d’un territoire. L’I-SITE FUTURE de Paris-Est s’est construit sur le thème « la ville de demain » et a abouti (entre autres) à la création le 1er janvier 2020  de l’Université Gustave Eiffel. Un des axes stratégiques de ce projet – et donc de la nouvelle Université – est la question de la résilience urbaine. C’est dans ce cadre qu’UrbaRiskLab a été pensé et sélectionné.

URL est un projet de recherche-action : un lieu de co-innovation entre la recherche et les secteurs public et privé. Au delà de cette dimension collaborative, URL a pour objectif de fonctionner comme un incubateur, proposant des solutions innovantes et en rupture technologique.

Une vision multi-risques

URL se fonde sur l’observation et le constat que toutes les crises (d’origine naturelle, climatique, chimique, pathogène, économique, cyber, sociétales…), prévues ou imprévues, exceptionnelles ou chroniques, à cinétique lente ou rapide, génèrent des incertitudes scientifiques, techniques, organisationnelles et politiques importantes.

Elles posent des questions cruciales en terme de préparation, de veille et de détection, de besoins en outils de modélisation, d’anticipation des effets cascade, d’intervention des secours, d’aide à la décision et de gestion post-crise.

Comprendre la dynamique des risques et des crises en milieu urbain est un défi à relever d’un point de vue scientifique pour apporter des réponses stratégiques, politiques, techniques, économiques et sociales à ces problèmes et rendre les villes sûres et résilientes.

Dans ce cadre, URL regroupe plus d’une centaine de chercheurs qui, réunis ensemble, offrent une expertise et une couverture scientifique de toutes les catégories de risques qui pèsent sur les espaces urbains. Ainsi – sans les citer de façon exhaustive – les risques naturels et environnementaux, les risques climatiques et météorologiques, les risques liés aux infrastructures et aux réseaux techniques, les risques économiques, financiers et assurantiels, les risques terroristes, sanitaires, ceux liés aux inégalités sociales, les risques liés aux grands évènements et aux mouvements de foule, les questions de sécurité routière font partie intégrante des recherches portées et menées au sein du consortium.

 

Mise en connexion

Le maître-mot de la démarche scientifique d’UrbaRiskLab est l’interdisciplinarité et pour asurer cette interdisciplinarité, le consortium est organisé autour de « MiniLabs ». Ces derniers ont été pensés comme des incubateurs de recherche au sein du projet.

L’animation a été confiée à un binôme de chercheurs issus des Sciences Physiques et de l’Ingénieur et des Sciences Humaines et Sociales. Ces « MiniLabs » ont pour objectif d’explorer des thématiques scientifiques de façon interdisciplinaire, de renforcer le lien entre innovation et recherche, d’établir des relations partenariales solides, de tester des terrains de recherche et de développer l’offre de recherche et de formation de la future Université Gustave Eiffel.

Aujourd’hui, les « MiniLabs » sont au nombre de 4 mais leur nombre peut varier au cours du temps. Certains pourront disparaître, d’autres fusionner entre eux ou émerger selon les recueils des besoins en termes de recherche. Ils ont été dénommés comme suit :

Les « MiniLabs » visent à connecter chercheurs et partenaires socio-professionnels (publics, privés et mixtes) autour de projets communs et structurants répondant aux besoins spécifiques des deux communautés.